Amours Printanières

Il me semble que parfois le temps s’arrête, que rien n’importe Que la pollution, les guerres, les humains, l’histoire, les humains, la galaxie, la nature On s’en fout Rien n’importe On pourrait en finir maintenant et ça ne changerait rien de rien Nous ne regretterions rien après tout Mort et vie seraient synonymes Mais après, il y a toi Les soleils de ma tête s’éteignent, Seulement une étoile, primitive, honteuse, heureuse Reste là, à brûler seule dans l’obscurité Et tandis qu’elle brûle, je me fiche de sortir de l’épave qui…

Read More